LES SUICIDES ETAIENT PRESQUE PARFAITS

Le premier roman d'Achille Nikos, présenté par Clément Sire

 

 

Premier roman: les suicides étaient presque parfaits - Achille Nikos

Télécharger le Roman (fichier pdf)

terroristes analphabètes selon les Pères Fondateurs

Après la chute de la Réaction Nationale, Achille Nikos s'est engagé à nous faire partager les récits de ses enquêtes les plus remarquables au service du détective Albin Canin. Initialement publié en 2106 aux Editions du Renouveau, Les suicides étaient presque parfaits évoque leur première aventure commune. Je vous livre ci-dessous le quatrième de couverture de l’édition originale.

« Alors que la Réaction Nationale sévit depuis déjà vingt-sept ans, le célèbre détective Albin Canin se doit de trouver un remplaçant à son assistant Hector Martinos, récemment assassiné. Quand M. Jacques Péret du ministère des Affaires coïnoniques lui suggère d’engager l’intrépide Achille Nikos, Albin Canin est loin de se douter que le jeune homme serait aussi étroitement lié à la première affaire qu’ils eurent à traiter ensemble. Les « suicides » se succèdent dans la famille du haut fonctionnaire Charles Duvivier, en commençant par le sien. Naviguant dans les eaux troubles de l’appareil d’État réactionnaire, de la pègre locale, de l’univers des jeux d’argent, l’ogre obèse et son fidèle assistant devront aussi composer avec cette famille Duvivier déchirée par les querelles intestines. »

En tant que représentant de M. Achille Nikos en ce début de 21ième siècle, j’ai jugé utile de proposer ses romans à nos éditeurs contemporains. En plus d’être fort distrayants, l’évocation des exactions du régime qui sévissait alors ne manquera pas de nous alerter sur le sinistre futur qui nous attend, si nous ne parvenons pas à enrayer le cours de l’histoire, en provoquant une altération spatiotemporelle des plus souhaitables. Cette entreprise ne sera couronnée de succès qu’au prix d’un bouleversement spectaculaire dans nos comportements et dans ceux de nos gouvernants et des médias, ce qui me paraît bien mal engagé… Afin d’allécher le chaland, j'ai reproduit ci-dessous l’avant-propos, la première page, et un extrait de l’annexe historique du premier roman de M. Achille Nikos, ainsi que quelques notes biographiques.

Consulter l'entretien avec Achille Nikos

 


 

L'AVANT-PROPOS

Les suicides étaient presque parfaits - Une aventure d'Albin Canin & Achille Nikos, présentée par Clément Sire

 

LA PREMIERE PAGE DU ROMAN

Les suicides étaient presque parfaits - Une aventure d'Albin Canin & Achille Nikos

 

UN EXTRAIT DE L'ANNEXE HISTORIQUE

Réaction Nationale - ses rouages, la vitrification de la Californie, les massacres de la Loire l'inspiration de la démocratie antique grecque, système de tuteur et disciple


 

NOTES BIOGRAPHIQUES Ý

 

 

Achille Nikos

Achille Nikos est né peu après l'avènement de la Réaction Nationale. Son père fut exécuté en l’an 4 de la RN pour ses activités « terroristes ». Il fut élevé par sa mère, une bonne koppa de rang Thêta travaillant au ministère des Transports, qui aidait la maigre résistance au régime, en falsifiant les PASSES-Mobilité de certains combattants de l’ombre. Après des études de mathématiques, qu’il dut abandonner pour comportement asocial, Achille Nikos enchaîna divers métiers (serrurier, garagiste, guide de montagne, ouvrier chez Renault…), avant d'entrer, à l’âge de vingt-cinq ans, au service du célèbre détective Albin Canin. Bien des années plus tard, il sera l’instrument de l’effondrement de la Réaction Nationale et de son sinistre bras armé, la milice réactionnaire. Une certaine forme de démocracie rétablie, Achille Nikos décide de publier les récits les plus édifiants de ses aventures, en commençant par Les suicides étaient presque parfaits, suivi de La musique aide aussi les morts et de quatorze autres volumes, à ce jour. Consulter l'entretien avec Achille Nikos

 

Albin Canin

Féru de jeux de société, et notamment de bridge, Albin Canin hantait les casinos jusqu'à l'avènement de la Réaction Nationale. Il entama alors une carrière de détective privé, qui, le succès aidant, lui permit d'afficher des honoraires extravagants. Fin gourmet, l'ogre obèse était1 aussi un consommateur invétéré de Coca-Cola, comme en témoigne l'évocation de cet « élixir des dieux », qu'il déclama lors de sa première rencontre avec Achille Nikos.

« Voici le premier secret que vous aurez à garder précieusement. Cette boisson, nommée Coca-Cola ou plus simplement Coke, bien qu’apparemment innocente, est formellement interdite dans notre pays, en tant que symbole du capitalisme sauvage et décadent, car elle a été inventée et est maintenant exclusivement produite en Confédération Déiste des États d’Amérique. Pour mon grand malheur, j’étais déjà un buveur impénitent de Coke avant l’avènement de la Réaction Nationale, et n’ai jamais réussi, malgré tous les efforts de ma volonté qui est grande, à me sevrer de cet élixir des dieux. Que ceux-ci me pardonnent dans leur extrême magnanimité, j’en suis donc réduit à importer illégalement ce Coke, encourant une sérieuse peine pénale pour ce trafic pourtant anodin. Par ailleurs, les contrebandiers me soutirent mensuellement une fraction importante de votre futur salaire, ce qui m’oblige à maintenir une activité professionnelle soutenue, et à sans cesse rechercher des affaires lucratives afin d’assouvir mon dérisoire péché. Cette boisson est à mon usage exclusif, mais de toute façon, je doute que vous souhaitiez partager avec moi ce misérable état de dépendance qui ne manquerait d’advenir, si vous preniez le risque insensé d’y goûter un jour. »

D'une éloquence arrogante (ou d'une arrogance éloquente, comme vous préférez), Albin Canin n'aura connu l'échec qu'une seule fois dans toute sa carrière de détective, mais ne vous avisez pas de mentionner cet épisode douloureux devant lui ! Obstinément cloîtré dans son hôtel particulier de la rue Cuvier (il y a pire, croyez-moi), l'ogre obèse « cuisine ses témoins jusqu'à en tirer leur substantifique moelle ». On ne sait que très peu de choses de la vie d'Albin Canin avant la RN, mais les romans d'Achille Nikos nous font découvrir un homme attachant, au vocabulaire si particulier2, et dont le génie fantasque et la science universelle ne peuvent qu'émerveiller les simples mortels que nous sommes. Résistant de l'ombre, Albin Canin disparut le 7 juillet 2089, et n'assista donc pas à la chute de la Réaction Nationale, à laquelle il contribua pourtant de manière décisive.

1 Fallait-il employer le passé pour un homme qui n'est plus en 2106, ou le futur pour un homme qui n'est pas encore en 2006 ?

2 « Superfétatoire » et « hadal » étaient sans doute ses adjectifs favoris, comme dans: « L'utilisation superfétatoire de parmesan dans la préparation de ce soufflé aux épinards... » et « Ce mirliflore est vraiment d'une bêtise hadale ! ».

 

Minuit, l'astéria invitée

La contribution de la mini-chatte Minuit à l'élucidation de l'affaire Duvivier est certainement modeste. Il n'en sera pas de même dans une prochaine aventure d'Albin Canin et Achille Nikos, Têtes qui roulent amassent la frousse...

Minuit satisfaite de sa contribution dans Têtes qui roulent n'amassent pas mousse L'espiègle chatte Minuit: qui sera ma prochaine victime ?

 

Clément Sire

Fils de l’homme de radio et scénariste Gérard Sire, il s’engage vers une carrière scientifique après des études oisives à Normal Sup’. Une thèse en physique théorique et l’agrégation de mathématiques en poche, il entre au CNRS à 23 ans. Il est, à 40 ans, directeur de recherche au Laboratoire de Physique Théorique de Toulouse, qu'il dirige depuis janvier 2007. Il ne tient pas à s’épancher sur les circonstances de sa rencontre avec Achille Nikos.

Pages scientifiques de Clément Sire (en anglais/rapport scientifique en français) - Pages bridgesques de Clément Sire (en franglais) - Haut de la page Ý

Vous pouvez exprimer remarques, critiques et encouragements, en écrivant à sire.c[@]wanadoo.fr. Un blaugue à venir ?


L'intégralité du roman "Les suicides étaient presque parfaits" a fait l'objet d'un dépot notarié (en 2006 et 2106).

Mis à jour, le 20 avril 2007.

les Grecos est le surnom des collaborateurs au régime

Ý